Weiss Architecture Studio

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae lorem.

Rénovation ferme en pisé

Fresque vitaminée pour la rénovation contemporaine d’une ferme en pisé

La maison en pisé du début du XXe, très modeste et discrète, se compose de 3 entités : la maison d’habitation (35 m2 au sol sur 2 niveaux), une grange accolée dans la continuité, puis une cave complètement borgne. Le tout conservé dans son jus pendant 1 siècle. L’ensemble forme une construction toute en longueur implantée en limite de propriété, elle s’apparente à une ‘maison en bande’. A l’origine l’ensemble s’oriente exclusivement à l’Est, la rénovation créée dans l’enfilade de la grange nous à permis d’ouvrir sur le Sud et le jardin.

Il n’y avait pas grand chose, mais la construction toute en longueur présentait une légère cassure ; une ligne brisée qui s’inclinait pour nous accueillir.

jeu de hauteurs et lumière

Ces différents volumes s’ouvrent ; les murs sont supprimés entre les espaces ; pour accueillir les espaces de vie en enfilade au Rez de jardin.

En jouant sur des jeux de volumes et d’espaces, les chambres à l’étage « flottent » dans des boites suspendues reliées entre elles par une passerelle.

Ce jeu de volumes, permet d’une part, de connecter les espaces entre eux, et donc la famille, mais également de faire circuler la lumière qui traverse de toutes parts.

Le RDC devient alors une pièce unique ouverte sur le jardin. L’étroitesse du lieu, les couleurs, les fresques, les photos, agissent alors comme un kaléidoscope.  En focal les murs extérieur sont roses : le rose c’est le levé et le couché du soleil, et un clin d’oeil à l’architecte mexicain Luis Barragán !

L’étage est en toujours en relation avec le RDC, de grandes trémies agissent comme des puits qui étirent l’espace verticalement à trois reprises. Cela permet de rythmer le lieu.

Nous privilégions largement le bois dans nos intérieurs, et en particulier le bouleau.

plein sud

Tout au bout de la maison, le mur de la cave fait face au Sud, il est évidemment immédiatement supprimé. Il laisse la place à une grande baie vitrée donnant sur la piscine. Cette baie permet un apport calorique et lumineux très important l’hiver, et, grâce au petit déport de toit, ne surchauffe pas la maison l’été.

Dans notre vie professionnel nous considérons que le jardin, l’aménagement intérieur, le mobilier, l’objet sont aussi importants que l’architecture. Nous voyons notre travail comme quelque chose de global. Ainsi, L’espace a été sculpté, le meuble n’en est que la continuité.

Ici c’est une maison de famille, un lieu où les enfants grandissent, où les amis passent et re-passent… Mais aussi un lieu d’expérimentation… Ici, rien n’est figé, on peut essayer un matériaux, tester un concept, changer…

Publication JDLM juin 2020.

photos Frenchie Cristogatin / ET SI architectures

170m2 / NEYRON (01) / 2017